Accueil > Apprentissage > Apprentissage : le Medef reste mobilisé

Apprentissage : le Medef reste mobilisé

Liberté de créer ou fermer des centres de formation d’apprentis (CFA), pilotage par les branches professionnelles et financement au contrat : le président du Medef, Pierre Gattaz, a rappelé, mardi 6 février, les principes fondamentaux qui doivent, selon lui, guider la réforme de l’apprentissage.

Alors que le gouvernement s’apprête à dévoiler ses arbitrages sur l’apprentissage, Pierre Gattaz a réaffirmé, lors de sa conférence de presse mensuelle, que les entreprises devaient être « au cœur » du dispositif sans toutefois exclure de donner « une certaine souplesse aux Régions ».

« Loin de nous l’idée de piloter seuls », précise Pierre Gattaz, « notre souhait est de travailler avec tout le monde pour le succès de l’apprentissage : Régions, État et partenaires sociaux. Mais il y a un fait qui peut difficilement être contesté, c’est que l’entreprise doit être au cœur du dispositif. »

Redynamiser le système

Convaincu qu’il faut réformer en profondeur pour « développer l’apprentissage de manière forte, massive et efficace », le président du Medef soutient aussi le principe de liberté en matière d’ouverture des centres de formation d’ apprentis, alors que les Régions ont aujourd’hui la main sur ces décisions. « Les métiers vont beaucoup évoluer dans les prochaines années, on ne peut pas attendre trois ans pour ouvrir une section », indique Pierre Gattaz.

Autre condition pour réussir la réforme, selon lui : instaurer un système de financement au contrat. Aujourd’hui, les CFA sont financés par subventions, subventions qui leurs sont versées quels que soient leurs effectifs ou leurs résultats, selon Pierre Gattaz. « Tout cela est très administré, très bureaucratique. Il faut redonner du rythme, du nerf, à ce système pour qu’il réponde aux vrais besoins des entreprises. »

Arbitrages du gouvernement

Sachant que les entreprises peinent à recruter, — « entre 300~000 et 500~000 emplois sont non pourvus dans l’économie française » –, le système de l’apprentissage doit être profondément remanié, selon Pierre Gattaz~: « Ne rien changer ou changer le système à la marge revient à renoncer à la réforme.}~» « Nous restons très mobilisés sur ce sujet qui est majeur pour l’avenir de nos jeunes et de nos entreprises », a souligné Pierre Gattaz.

Le Medef et les autres parties prenantes verront plus clair sur les projets du gouvernement très prochainement. La réunion de présentation des conclusions de la concertation sur l’apprentissage doit en effet avoir lieu à Matignon jeudi 8 février dans l’après-midi ou vendredi 9 février dans la matinée.

Partager cet article