Accueil > Apprentissage > Apprentissage - L'essentiel > Le ministère du Travail lance deux kits visant à accompagner la mobilité européenne des alternants

Le ministère du Travail lance deux kits visant à accompagner la mobilité européenne des alternants

Encourager les apprentis ou les personnes en contrat de professionnalisation à effectuer une partie de leur formation à l’étranger dans le cadre du programme Erasmus : c’est l’une des ambitions de la loi Avenir professionnel. Depuis le 1er janvier 2019, plusieurs dispositions facilitant la mobilité des alternants sont entrées en vigueur. Pour les faire connaître, le ministère du Travail vient de publier sur son site Internet, deux kits, l’un destiné aux entreprises, l’autre aux centres de formation d’apprentis (CFA) et aux organismes de formation.

Réalisés par la DGEFP (Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle) et Centre Inffo, ces documents font le point sur les bénéfices d’une période de mobilité, ses répercussions sur le contrat de travail, la validation des acquis, les modalités de prise en charge des frais associés, la signature de la convention de mobilité et autres formalités à respecter.

15 000 mobilités en 2022

Avec la loi Avenir professionnel, les centres de formation d’apprentis doivent désigner dans leurs équipes un référent mobilité chargé de conseiller les jeunes et les employeurs. Certaines dépenses générées par la période passée à l’étranger (frais de déplacement, logement, cotisations sociales, voire rémunération) peuvent par ailleurs être prises en charge par les opérateurs de compétences. D’autres mesures contribuent à sécuriser la période de mobilité pour les alternants et leurs employeurs.

En simplifiant et sécurisant les périodes de formation à l’étranger, l’objectif du ministère du Travail, à l’horizon 2022, est de permettre à 15 000 alternants de bénéficier d’une mobilité chaque année. En 2017, 6 800 jeunes en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation sont partis à l’étranger dans le cadre du programme Erasmus. Un chiffre nettement inférieur au nombre de jeunes ayant bénéficié sous le statut d’étudiant (44 000) du programme d’échanges au cours de cette même année.


En savoir plus

Partager cet article