Actualité

Agefos PME aborde l’avenir « sereinement » malgré les interrogations que suscite la réforme de la formation

À l’occasion de la présentation, mercredi 11 février, de ses résultats pour l’année 2017, Agefos PME fait le point sur les changements qui se profilent à l’horizon dans la perspective de la réforme. Avec la monétisation du compte personnel de formation (CPF), sa direction s’attend à un afflux de demandes de prise en charge d’ici à la fin de l’année.

À la veille d’une nouvelle réforme de la formation professionnelle qui va conduire les organismes paritaires collecteurs agréés (Opca) à se transformer en opérateurs de compétences, Agefos PME se dit prêt à relever les défis. Services de proximité, accompagnement des TPE-PME, investissement dans les politiques de l’emploi, appui aux branches professionnelles en matière d’alternance, de gestion des compétences et de certification : autant de missions inscrites dans le projet de loi que l’Opca interprofessionnel assure déjà. Ce qui permet à l’organisme « d’appréhender sereinement les évolutions législatives qui impactent le secteur », indique sa présidente, Céline Schwebel.

Réallocation de ressources

Par exemple, en matière d’alternance, Agefos PME a engagé en 2017 près de 300 millions d’euros au titre du contrat de professionnalisation et a contribué à financer 1 050 centre de formation d’apprentis (CFA) via le reversement de fonds libres. En termes d’appui aux branches professionnelles, ses services interviennent sur 40 observatoires prospectifs des métiers et des qualifications et 80 titres et certificats de qualification professionnelle (CQP).

Nous estimons qu’après la réforme, 66 % de nos ressources seront dédiées aux politiques de l’emploi alors que nous y consacrons aujourd’hui un tiers

Dorénavant ces différentes activités devront être renforcées. Ce qui va induire une réallocation des ressources et des moyens en interne. « Nous estimons qu’après la réforme, 66 % de nos ressources seront dédiées aux politiques de l’emploi alors que nous y consacrons aujourd’hui un tiers  », commente Joël Ruiz, directeur général d’Agefos PME.

Hausse des demandes de CPF

L’année 2017 aura été marquée par une nette augmentation (+ 21 %) des départs en formation au titre du compte personnel de formation (CPF) dont 37 % à l’initiative des salariés sans abondement de l’employeur. Une tendance renforcée au premier semestre 2018 : en six mois, l’Opca a traité quasiment autant de demandes qu’en 2017 dont plus de la moitié de « CPF autonomes », ce qui représente « une croissance hors du commun », souligne Joël Ruiz. Les demandes de CPF progressent d’année en année depuis la création du dispositif, mais « la perspective de la réforme accélère le processus », selon le directeur général d’Agefos PME, qui s’attend à un afflux de demandes d’ici à la fin de l’année.

Nouvel environnement

Autre changement majeur pour les futurs opérateurs de compétences : le transfert de la collecte des contributions obligatoires des entreprises vers les Urssaf, une formalité qui était source d’informations pour les Opca et qui était aussi l’occasion de faire le point sur les besoins des entreprises ou de sensibiliser les employeurs à certains sujets (versement volontaires, etc.). Un amendement adopté à l’Assemblée nationale prévoit que les opérateurs de compétences puissent obtenir des informations sur les entreprises de la part des organismes chargés du recouvrement de la contribution. Malgré cela, la suppression de ce « rendez-vous majeur » va avoir « un impact significatif sur les liens tissés avec les entreprises », selon Joël Ruiz.

À l’avenir, les opérateurs de compétences évolueront dans un nouvel environnement dont la pièce maîtresse sera l’agence France Compétences. Tout l’enjeu pour cette nouvelle instance sera de « parvenir à faire travailler ensemble tous les acteurs dans le sens de l’intérêt commun , » estime Joël Ruiz. « Une animation de réseau » qui sera cruciale, selon lui, sachant que les branches professionnelles ne se ressemblent pas et que les opérateurs de compétences de demain ne se ressembleront pas non plus.


Chiffres clés d’Agefos PME

Collecte 2018 :

  • 751,8 millions d’euros de collecte gérée (+ 1,8 % en un an) dont 273 millions d’euros de collecte supra-légale
  • 252,2 millions d’euros de collecte reversée
  • 374,5 millions d’euros collectés au titre de la taxe d’apprentissage

Engagements en 2017 :

  • 105,8 millions euros au titre du plan de formation
  • 29,8 millions d’euros au titre de la période de professionnalisation
  • 299 millions d’euros au titre des contrats de professionnalisation
  • Plus de 21 000 départs en formation au titre du CPF en 2017 (+21 % en un an)
  • Plus de 17 000 départs en formation au titre du CPF au cours du premier semestre 2018

Partager cet article