Actualité

« Hack ta formation » : quand des étudiants imaginent la future application CPF

Innovation, simplicité, originalité. Ces trois mots ont guidé le groupe d’étudiants issus de Digital Campus Montpellier, de l’IESA Multimédia et de l’EM Lyon, qui ont remporté le challenge « Hack ta formation » organisé par la FFP (Fédération de la formation professionnelle) en partenariat avec le réseau d’écoles du Web Digital Campus. Leur mission était d’imaginer ce que pourrait être la future application compte personnel de formation annoncée par le gouvernement dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle.

Participation de 150 étudiants

Depuis le 8 mars, 150 étudiants spécialisés dans le digital (UXdesign 1, développeurs, webmarketeurs 2) ont planché simultanément sur une trentaine de projets, dans cinq villes de France (Bordeaux, Lyon, Montpellier, Rennes et Toulouse), avec l’appui du collectif de freelances du numérique Digital Village. À la suite d’un processus de sélection, trois équipes se sont affrontées lors de la finale qui s’est déroulée dans les locaux parisiens de l’EM Lyon le 10 avril dernier.

Désigné par un jury présidé par l’économiste Nicolas Bouzou, le projet présenté par l’équipe gagnante propose notamment un test de personnalité pour aider l’utilisateur à définir les métiers pouvant lui convenir et trouver une formation au plus près de ses attentes. « L’équipe montpelliéraine s’est distinguée sur plusieurs points. Leur proposition permet de bien comprendre la finalité de chaque formation, en mettant en avant les débouchés. […] Une autre innovation nous a plu : le fait que l’application permette de dialoguer avec un conseiller », détaille Nicolas Bouzou. « On a voulu créer quelque chose de pertinent, sans surcharge de contenu », complète Hanaé, la cheffe de projet.

Travaux inspirants

« Nous prévoyons de lancer l’application CPF en septembre, après le vote de la loi. L’initiative Hack ta formation a donné lieu à des travaux qui vont être inspirants pour nous », déclare la haut-commissaire à la transformation des compétences, Estelle Sauvat, présente lors de cette remise des prix. « Cet exercice est intéressant car il permet à des étudiants de réaliser le niveau de complexité qui se cache derrière cette application qui doit être simple d’utilisation », ajoute-t-elle. Elle cite quelques-uns des défis à venir : inviter les organismes de formation à partager leurs données avec la Caisse des dépôts pour construire une vision structurée de l’offre, s’assurer que les entreprises se saisissent du nouveau CPF, sécuriser les données, veiller à ne pas introduire de biais subjectif dans le système d’évaluation en ligne des organismes de formation par les utilisateurs…

L’équipe gagnante du hackaton doit prochainement être reçue par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Par ailleurs, les trois équipes finalistes viendront présenter leurs travaux à l’équipe de la Caisse des dépôts en charge du développement de l’application CPF.

MOTS-CLÉS

Partager cet article