Accueil > France compétences > France compétences - Les points de vue > France compétences : le Medef « attentif à la manière dont vivra la nouvelle gouvernance dans la durée » (Geoffroy Roux de Bézieux)

France compétences : le Medef « attentif à la manière dont vivra la nouvelle gouvernance dans la durée » (Geoffroy Roux de Bézieux)

Invité conjointement par l’Association des journalistes de l’information sociale et l’Association des journalistes économiques et financiers à s’exprimer sur les principaux sujets d’actualité, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a réaffirmé la position de son organisation sur la nouvelle gouvernance du champ de la formation professionnelle issue de la loi relative à la liberté de choisir son avenir professionnel, mardi 13 novembre à Paris.
Vendredi 9 novembre, les membres du Cnefop 1 ont notamment examiné pour avis un décret relatif au fonctionnement de France Compétences, la nouvelle instance de la gouvernance du secteur de la formation professionnelle, qui remplacera le Copanef 2, le FPSPP 3 et le Cnefop à partir du 1er janvier 2019 (lire notre article).

Équilibre

«  Ce fonctionnement était en gestation dans la loi. La réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage a trouvé un point d’équilibre », a souligné le président du Medef, élu le 3 juillet dernier. Le projet de décret prévoit une présence prépondérante des représentants de l’État, dotés d’autant de voix (40) que ceux des huit organisations patronales et syndicales.

Étatisation

Geoffroy Roux de Bézieux pointe une « étatisation de la gouvernance  ». « Le Medef sera très attentif à la manière dont cette gouvernance vivra dans la durée. Nous gardons en tête des exemples malheureux de situations où un État majoritaire dans une instance multipartite a eu tendance à ne plus écouter la voix des entreprises  », a prévenu le nouveau président du Medef.

Agilité

Tout en exhortant le gouvernement à tenir compte de l’accélération des cycles économiques qui nécessite de « nrenforcer  » l’adéquation entre les besoins des entreprises et les compétences demandées. « Le Medef espère en particulier que les délais d’ouverture des nouveaux centres de formation d’apprentis seront fortement réduits. L’agilité sera le facteur clé de réussite de cette réforme », a pronostiqué Geoffroy Roux de Bézieux.

Partager cet article