Accueil > France compétences > France compétences - Les points de vue > « Les Carif-Oref et leur réseau ont leur place auprès des branches professionnelles et de France Compétences » (Catherine Pauly, présidente de RCO et du Carif-Oref d’Occitanie)

« Les Carif-Oref et leur réseau ont leur place auprès des branches professionnelles et de France Compétences » (Catherine Pauly, présidente de RCO et du Carif-Oref d’Occitanie)

Catherine Pauly, présidente du réseau des Carif-Oref (RCO) et du Carif-Oref d’Occitanie, fait le point pour le Quotidien de la formation sur les travaux engagés et sur ceux à venir des centres animation ressources d’information sur la formation et des observatoires régionaux emploi formation à l’occasion de leur assemblée générale qui s’est tenue le 18 octobre à Montpellier (voir notre article).

Le Quotidien de la formation – Comment ont évolué les Carif-Oref avec la fusion des Régions ?

Catherine Pauly – Les Carif-Oref ont fusionné dans presque toutes les régions en gardant un financement État-Région, sauf dans le Grand Est où les fonctions Carif-Oref ont été internalisées à la Région, ce qui est aussi en cours en Corse et en Paca, où un Carif et un Oref sont encore deux structures différentes. Le réseau promeut un Carif-Oref au moins cofinancé par l’État et la Région, avec une gouvernance quadripartite.

QDF – Quelle place pour les Carif-Oref dans le paysage post-réforme ?

C. P. – La question de la place des Carif-Oref se pose, notamment sur leur savoir-faire au niveau des observatoires, de la prospective et des données socio-économiques. Les Carif-Oref et le réseau des Carif-Oref (RCO) ont leur place auprès des branches professionnelles et de France Compétences qui a vocation à devenir un lieu d’harmonisation, de coordination des observatoire et d’échange sur les méthodes. Dans ce cadre, l’expertise développée par RCO dans le croisement et l’analyse des données territoire/branche-secteur-filière ou encore dans l’ingénierie de certification pourront être utilement mises à profit.

Ils vont continuer à alimenter la plateforme de la Caisse des dépôts et consignations sur le CPF 1 jusqu’en 2020-2021. Et après, aussi, on l’espère. Nous travaillons sur la façon de développer nos services pour nourrir la future application CPF. Dans ce cadre, l’expertise capitalisée des Carif-Oref dans l’identification des données socio-économiques fiables et adaptées aux territoires pourrait être mobilisée, notamment concernant les indicateurs de mesure à mettre en visibilité du grand public.

QDF – Quels sont les projets de RCO, réseau des Carif-Oref ?

C. P. – Nous avons entamé un travail important sur les compétences. Le réseau est en train de construire Dataref, un entrepôt de données socio-économiques qui permet d’avoir une vision régionale et interrégionale des données emploi-formation. La version bêta sera disponible en novembre et la première version fin décembre. Ensuite, nous souhaitons développer l’outil en intégrant la dimension infra-régionale et les compétences. De même, Cléor, outil d’aide à l’orientation et à l’évolution professionnelle, est en cours d’essaimage au sein de notre réseau. Nous allons aussi continuer de développer la cartographie des formations linguistiques destinées aux primo-arrivants pour le ministère de l’Intérieur.

Partager cet article