Accueil > France compétences > France compétences - L'essentiel > Le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels passe le relais à France Compétences

Le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels passe le relais à France Compétences

Le 1er janvier 2019, les équipes du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) rejoindront France Compétences, la nouvelle instance de régulation de la formation professionnelle créée par la loi du 5 septembre 2018. À l’occasion de ce passage de relais, le Fonds paritaire a publié, jeudi 20 décembre, un rapport retraçant ses neuf années d’activité.

Le conseil d’administration et la direction du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) s’apprêtent à « remettre les clés » à France Compétences. Le 1er janvier 2019, le Fonds paritaire comme le Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (Cnefop) et la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP), va être absorbé par la nouvelle instance nationale quadripartite qui sera basée dans les locaux du Fonds paritaire, rue Scribe à Paris.

Accompagnement des équipes

Le transfert de ses équipes composées de 45 personnes a été préparé en amont. « En avril, nous avons mis en place un plan d’action pour préparer la transformation », indique Philippe Dole, directeur général du FPSPP. Il s’agissait notamment d’accompagner les collaborateurs dans l’évolution de leurs compétences sachant que le champ d’intervention de France Compétences sera plus vaste que celui du FPSPP. Impact de la réforme, droit et comptabilité publics ou encore fonctionnement des répertoires des certifications professionnelles font partie des thèmes abordés dans les formations proposées aux équipes du FPSPP.

À l’occasion de ce passage de relais, le Fonds paritaire publie un rapport d’une soixantaine de pages retraçant ses neuf années d’existence. « Nous espérons que le travail fourni servira à France Compétences et que, grâce à ce document, il y aura une continuité de services », indique Pierre Possémé, président du FPSPP. Au cours de ses neuf années de mutualisation et de redistribution des fonds de la formation en direction des salariés et des demandeurs d’emploi, le FPSPP a financé 424 000 contrats de professionnalisation via la péréquation et consacré 4,3 milliards d’euros à des appels à projets en faveur des personnes les moins qualifiées, rappelle le vice-président Dominique Schott.

Innovation et évaluation

Ce dernier met aussi l’accent sur le travail fait en matière d’évolution des méthodes pédagogiques avec, entre autres, l’expérimentation portant sur les actions de formation en situation de travail (Afest), ou encore le « combat important » mené autour de l’évaluation des actions et du suivi des bénéficiaires de la formation. Sur le plan financier, le transfert va s’effectuer dans de bonnes conditions, selon Bertrand Demier, trésorier adjoint : le fonds paritaire devrait terminer l’année sur un excédent de trésorerie et « un report à nouveau prévisionnel de 9,8 millions d’euros à minima ».

Bilan satisfaisant donc, d’autant que la loi du 5 septembre valide des sujets tels que l’évaluation ou l’Afest sur lesquels s’est investi le FPSPP. Mais sur d’autres aspects, la réforme interroge l’équipe qui a piloté le fonds paritaire ces dernières années. Quelle sera notamment la place du paritarisme au sein de France Compétences ? Ce qui faisait la particularité de la gestion paritaire au sein du FPSPP, c’était « la capacité à faire le lien entre les besoins des personnes dans les entreprises, d’ajuster en permanence les processus et de le faire d’un commun accord avec l’État », observe Philippe Dole.

Partager cet article